FOIRE AUX QUESTIONS

Le dernier projet de transport structurant en importance pour l’agglomération de Longueuil remonte à plus de 50 ans : la ligne jaune du métro de Montréal. Depuis, les besoins en transport collectif ont explosé, ainsi que les différents secteurs économiques de l’agglomération.

Un mode structurant reliant l’est et l’ouest de la Rive-Sud a été identifié comme l’une des priorités de l’agglomération de Longueuil avec la Vision 2025

De plus, afin de contribuer à son plan de décongestion de la région métropolitaine, le Gouvernement du Québec a identifié, dans le cadre du Plan québécois des infrastructures (PQI) 2019-2029, deux projets :

  • la mise à l’étude de l’implantation d’un mode de transport collectif structurant sur le boulevard Taschereau; et
  • la mise à l’étude de l’implantation d’un mode de transport collectif structurant dans l’axe du prolongement de la ligne jaune du métro à Longueuil, le long du boulevard Roland-Therrien.

Pour étudier ces projets d’importance pour la Rive-Sud, le Gouvernement du Québec, la Ville de Longueuil et l’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) ont confié au Réseau de transport de Longueuil (RTL) la mise en place d’un Bureau de projet. Celui-ci devra compléter les études requises dans le cadre de l’élaboration d’un Dossier d’opportunité pour approbation par le Conseil des ministres, comme prévu par la Directive sur la gestion des projets majeurs d’infrastructure publique. L’approbation du dossier d’opportunité est une étape clé pour le financement et la réalisation concrète du projet.

C’est à ce mandat que le Bureau de projet, Modes structurants (BPMS), s’attaquera durant les prochains mois afin d’identifier la solution optimale de transport collectif, selon les besoins et attentes des usagers.

Le périmètre de la zone d’étude, qui inclut les deux axes du projet, s’étend sur plus de 25 kilomètres. Ce périmètre relie les villes de La Prairie à  Boucherville en traversant le cœur de l’agglomération de Longueuil. La longueur du tracé retenu à l’intérieur de cette zone d’étude, ainsi que les secteurs desservis, devraient être précisés d’ici la fin de l’année 2020.

Les analyses du Bureau de projet porteront sur : 

  • le point d’ancrage avec la future station du REM Panama se trouvant le long du boulevard Taschereau;
  • l’évaluation d’un lien avec les trains de passagers exo3 Mont-Saint-Hilaire dans l’axe de la route 116;
  • le point d’ancrage du centre-ville de Longueuil au Terminus Longueuil et sa correspondance avec la ligne jaune du métro de Montréal;
  • la desserte du Vieux-Longueuil, un secteur dynamique et animé;
  • la desserte du boulevard Roland-Therrien et du cégep Édouard-Montpetit;
  • le prolongement vers La Prairie et Boucherville

D’autres grands pôles de déplacements de l’agglomération de Longueuil seront également considérés, notamment plusieurs écoles, les deux hôpitaux et plusieurs centres commerciaux. 

Le tracé devra ainsi permettre de rejoindre des stations d’importance pour faciliter les déplacements et les correspondances simples et efficaces vers d’autres modes comme le métro, le REM, le train et l’autobus. Le tracé permettra aux citoyennes et aux citoyens de se rendre plus rapidement à leur destination, en leur offrant le choix de se déplacer avec un mode durable et efficace. Le tracé devra également permettre de soutenir la vitalité économique de la Rive-Sud.

Le nombre et la localisation des stations seront précisés au courant de l’année 2020.
C’est à ce moment que le Bureau de projet aura analysé les besoins actuels et futurs, ainsi que la faisabilité technique des arrêts.

Plus de 1,2 million de déplacements sont faits chaque jour dans l’agglomération de Longueuil. Le terminus Longueuil est, quant à lui, une infrastructure majeure pour la Rive-Sud, où plus de 76 000 déplacements en transport collectif sont effectués quotidiennement. À lui seul, le boulevard Taschereau compte près de 250 000 déplacements quotidiens effectués majoritairement en automobile.

Seul un lien efficace permettra de modifier les comportements de mobilité durablement et d’accroître la part modale du transport collectif. 

La station Longueuil-Université de Sherbrooke est la station la plus achalandée du réseau de métro de Montréal le matin, ce qui démontre un fort intérêt de la part des citoyennes et des citoyens de l’agglomération pour un mode efficace comme alternative à l’automobile. 

De grands évènements comme le Jour de la terre ou la marche pour le climat illustrent à quel point les citoyennes et les citoyens de tous âges sont sensibles aux questions environnementales. Un mode de transport collectif structurant traversant l’ensemble de l’agglomération permettra d’offrir un choix de mobilité durable pour plusieurs milliers de citoyennes et de citoyens de l’agglomération de Longueuil et plus largement de la Rive-Sud.

Une desserte à haut niveau de service offerte par un mode de transport structurant, capable d’accueillir plusieurs milliers de passagers par heure, permettra aussi de supporter la croissance de la part modale du transport collectif observée depuis plusieurs années sur toute la Rive-Sud et d’offrir aux citoyennes et aux citoyens et citoyennes un mode de transport à la hauteur de leurs attentes en matière d’efficacité et de respect de l’environnement. 

Les dernières enquêtes régionales (Origine-Destination) montrent que les déplacements internes à l’agglomération sont en forte croissance. Cette information reflète un changement dans les comportements de déplacements des citoyennes et des citoyens qui ne veulent pas seulement se déplacer vers Montréal, mais qui veulent également se déplacer vers les principales activités de l’agglomération de Longueuil rapidement et directement.

Un mode structurant sur le boulevard Taschereau et dans l’axe du boulevard Roland-Therrien permettra de lier deux axes majeurs de transport collectif à destination de Montréal. Il offrira un accès simplifié aux différents secteurs économiques de l’agglomération, qui se sont multipliés à travers les années, et plus largement de Montréal. Il facilitera également l’accès des citoyens et des citoyennes de toute l’agglomération de Longueuil aux secteurs des universités et de la santé à Montréal. 

Actuellement, tous les modes de transport collectif structurants de la région métropolitaine sont à destination du centre-ville de Montréal. Un mode de transport collectif structurant le long de l’axe du boulevard Taschereau et de l’axe du boulevard Roland-Therrien sera le premier projet structurant permettant des dessertes internes vers de nombreux pôles de déplacements de la Rive-Sud, et ce, sans passer par Montréal.

Ce sont près de 50 000 déplacements qui seront effectués en pointe du matin seulement, via le REM, le train ou le métro pour se rendre à Montréal. Ces déplacements pourront être supportés par le mode structurant de transport collectif à l’étude en plus de relier les citoyennes et les citoyens à de grands pôles d’activités. C’est également l’occasion de rendre plus attractives des entreprises le long des axes majeurs étudiés et revitaliser les secteurs, en plus d’attirer des travailleurs de toute l’agglomération, de la Rive Sud et de Montréal. 

 

Ce projet se distingue par le fait qu’il vient consolider et restructurer un des secteurs déjà urbanisés en majeure partie avec des caractères uniques qui sont en pleine transformation. Il va permettre de redynamiser un boulevard des années 60, le boulevard Taschereau, presque dédié à l’automobile, mais dont l’emprise permet le déploiement d’un mode de transport comme un tramway. Celui-ci favorise la complémentarité avec les autres modes de transport comme la marche, le vélo ou l’automobile. 

Ce projet est aussi la concrétisation d’une vision attendue par tous les partenaires depuis plus de 50 ans : le prolongement de la ligne jaune. Ce corridor stratégique traversera des zones déjà urbanisées, mais aussi des corridors permettant un grand potentiel de développement urbain avec plusieurs dizaines de millions de pieds carrés à développer ou redévelopper. 

 Il favorisera la création de milieux de vie de qualité, de zones d’emploi reconnues et compétitives, notamment le long du boulevard Roland-Therrien. La planification de ce boulevard avait déjà été prévue pour accueillir un mode structurant de transport collectif complémentaire à d’autres modes durables, notamment grâce à une emprise de plusieurs voies.

  • D’abord un mode de transport compétitif à l’auto par une grande performance : rapide, fréquent, fiable et offert du matin au soir;
  • Un mode entièrement accessible aux personnes à mobilité réduite dont l’utilisation est simple, avec une perception tarifaire rapide et efficace, 100% sécuritaire, un confort à bord pour faciliter son utilisation (climatisation, affichage en temps réel);
  • Un système de transport électrique, qui soutient les convictions de nos citoyennes et citoyens et les orientations du gouvernement en matière de mobilité durable;
  • Une organisation et une modification de l’espace urbain, des quartiers et de la ville par une meilleure utilisation de l’espace, une redéfinition de la ville pour répondre aux attentes des citoyennes et citoyens en matière de qualité de vie et à la  diminution des îlots de chaleur qui participent au réchauffement climatique;
  • Une occasion unique de penser l’aménagement urbain et le transport conjointement en fonction des besoins des citoyennes et citoyens;
  • Une occasion de repenser des axes majeurs pour l’agglomération afin d’offrir une meilleure qualité de vie aux citoyennes et citoyens en leur offrant un cadre de vie plus durable à échelle humaine avec une proximité d’accès aux services et une simplification des déplacements à pied ou à vélo;
  • Un environnement urbain dynamique, sécuritaire, à échelle humaine qui facilite l’accès aux emplois, aux lieux de santé, aux lieux d’études et aux activités comme la culture et les divertissements à tout moment de la journée et de la semaine;
  • Un mode qui permettra de lutter contre l’isolement des personnes les plus vulnérables en leur offrant une facilité de déplacement accrue;
  • Un mode avec des impacts positifs sur la santé en favorisant une mobilité active et en utilisant des technologies vertes qui diminue les émissions de GES liés au transport.

Les analyses du Bureau de projet permettront de déterminer les bénéfices de ce projet pour l’agglomération de Longueuil, la Rive-Sud, ainsi que pour la Montérégie. En misant sur l’expertise locale, l’électrification du transport, la mobilité durable, la qualité de vie et l’attractivité économique du secteur, ce projet de mode structurant du transport collectif aura de nombreuses retombées sur la qualité de vie des citoyennes et citoyens.

L’implantation d’un mode de transport collectif compétitif, attractif et performant sur le boulevard Taschereau et sur le boulevard Roland-Therrien entraînera de nombreuses retombées économiques positives, notamment en lien avec les nouveaux développements immobiliers et les investissements. 

En plus de confirmer l’expertise québécoise dans le domaine de la mobilité durable, des technologies vertes, l’électrification et des matériels roulants innovants reconnus à travers le monde, le projet de mode structurant viendra soutenir l’économie de la province au cours de ses différentes étapes de réalisation. Il permettra également d’accroître la vitalité et l’attractivité de l’agglomération de Longueuil en facilitant les déplacements des travailleurs et des employeurs.

Il offrira des alternatives dans des secteurs où les capacités routières ont été atteintes et où l’accroissement de ces capacités routières n’est pas envisageable et favorisera un milieu de vie durable et à l’échelle humaine.

Les projets de transports collectifs structurants se développent au Québec et plus largement à travers le monde. Au Québec, le REM qui est en construction ou les analyses en cours pour l’implantation d’un tramway à Québec et à Gatineau, représentent des projets inspirants qui permettent d’en apprendre davantage sur les bénéfices de ce type de mode sur la mobilité, l’emploi et la qualité de vie. 

Le bureau de projet sera en lien direct avec les responsables des autres projets en cours au Québec, afin de capitaliser sur l’expertise en place et de tirer profit de cette expérience et de mettre de l’avant les meilleures pratiques de l’industrie.

Les études du Bureau de projet viseront à définir les bénéfices socio-économiques qui sont associés à l’implantation d’un mode structurant. Les études quantifieront ces bénéfices à l’aide de méthodologies reconnues.

Le Bureau de projet mise sur l’utilisation d’une technologie électrique pour ce projet. La diminution du nombre de véhicules sur les routes et la diminution de l’utilisation des énergies fossiles dans les modes de déplacements collectifs participeront à la réduction des émissions de GES sur la Rive-Sud. Elles permettront également de contribuer à l’atteinte des objectifs fixés par le Gouvernement du Québec. Le calcul précis des émissions des GES évités, ainsi que l’impact sur la congestion routière, seront analysés dans le cadre des études effectuées.

La construction d’une nouvelle infrastructure de transport en commun est également synonyme de bénéfices pour l’environnement urbain, tels que la diminution de la pollution et l’amélioration de la qualité de vie des citoyennes et citoyens.

En 2018, les coûts de la congestion routière étaient estimés à 4,2 milliards de dollars pour l’ensemble de la région métropolitaine de Montréal. De ce chiffre, 2,9 milliards étaient utilisés pour les agglomérations de Montréal et de Longueuil incluant la Couronne Sud.

SECTION EN CONSTRUCTION